Ne pas tomber dans le piege

Négliger l’entraînement

Vous avez décidé de vous lancer dans la grande aventure du marathon. C’est tout à votre honneur. Mais il va falloir bosser maintenant. Et dur ! Un marathon se programme des mois à l’avance. Si vous débutez dans la course à pied, commencez par de courtes distances. Cinq à dix kilomètres suivant votre forme physique. Puis montez en puissance progressivement. Alternez les longs footings d’une vingtaine de kilomètres avec des séquences fragmentées combinant allures rapide et  » confortable « . Entre les deux, variez les plaisirs avec du vélo, de la natation ou de la marche. Cette méthode évite les risques de découragement et permet d’admirer sa progression. Laissez de côté l’entraînement quotidien qui fatigue les muscles et optez pour quatre séances par semaine.

Manger tout et (surtout) n’importe quoi

Surveiller son alimentation, oui. Faire un régime, non. La préparation physique passe aussi par l’assiette. Réduisez votre consommation de graisses sans pour autant les éliminer et jetez-vous sur tous les féculents qui passent tels les pâtes, le riz et les pommes de terre (à l’eau). Durant l’effort, que ce soit lors des entraînements ou le jour du marathon, votre corps a besoin d’énergie. Mangez des aliments riches en sucres rapides comme les fruits secs et les céréales. Pensez à boire beaucoup d’eau pour hydrater vos muscles et éliminer les toxines.

Opter pour la mauvaise paire de running

Mal choisie, elle peut causer des maux assez graves comme une tendinite. Il faut qu’elle soit adaptée à votre foulée : universelle lorsque l’intégralité du pied prend appui sur le sol, supinatrice quand l’extérieur est plus sollicité ou pronatrice quand c’est l’intérieur qui travaille. Vous devez également vous décider en fonction du terrain foulé. La paire de running doit être différente si vous vous lancez dans le marathon des Sables ou celui de Paris. Dernier conseil, ne partez pas le jour J avec des chaussures neuves aux pieds, sous peine de mauvaises surprises : semelles inadaptées, taille mal choisie, confort discutable…

Succomber à l’ennui

Durant 42,195 km, outre vos muscles, votre mental va être mis à rude épreuve. Notamment à cause de la lassitude qui peut très vite s’installer. Laissez-vous dès lors tenter par le social running et mettez le volume de votre playlist préférée à fond. Certaines applications proposent sinon d’affiner sa culture générale. Par exemple, découvrir façon audioguide les secrets des monuments situés sur le parcours.

Faire fi de l’équipement

Il paraît parfois anodin. Et pourtant, il peut faire toute la différence. Prenez le sac poubelle qui enveloppe les coureurs avant le départ. A quoi sert-il ? A maintenir le corps à température lorsqu’ils sont statiques. Pareil pour les sous-vêtements, chaussettes et short qui doivent être sans couture et dotés d’un système thermorégulateur pour diminuer les risques d’irritations et d’ampoules. De la crème anti-frottement au niveau des aisselles, des tétons (zone très sensible à ne négliger sous aucun prétexte), des cuisses et des pieds juste avant de commencer et vous voilà fin prêt pour votre premier marathon. Quelle sera la prochaine étape ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *